ABG Développement émotionnel et social

Начать. Это бесплатно
или регистрация c помощью Вашего email-адреса
Rocket clouds
ABG Développement émotionnel et social создатель Mind Map: ABG Développement émotionnel et social

1. Le concept de soi

1.1. Le Moi subjectif

1.1.1. Différenciation d'avec la mère, Stade oral, "j'existe", perception de soi comme une entité discincte

1.2. Ensemble des représentations qu'une possède au sujet d'elle même.

1.3. Développement de la conception de soi-même âge : 2-6/7 ans et se définit par des caractéristiques physiques au stade préopératoire

1.4. Soi défini par des caractéristiques psychologiques et sociales âge 7-12 ans

1.5. Le concept de soi est «Ce qui m'identifie» Plus l'enfant se définit par des éléments nombreux et variés, plus son identité est saine et complète Une définition de soi restreinte peut être à l'origine d'une piètre estime de soi

2. Neurosciences affectives

2.1. Tant que le cerveau n'est pas mature, le processus de régulation des émotions ne l'est pas

2.2. Les régions archaïques du cerveau sont le siège des émotions

2.3. Maturation du cerveau

2.3.1. Développement du cortex préfrontal

2.3.1.1. Avant 5-6 ans, les impulsions sont difficilement contrôlables

2.3.1.2. Apprentissage par observation et par soutien de l'entourage

2.3.1.3. âge de raison : réactions de colère, punition,incompréhension de la part des adultes

2.3.1.4. Consoler un enfant, lui expliquer ses émotions participe à la maturation de son cerveau

2.4. Neurones miroirs

2.4.1. Activation des neurones dans le cerveau de l'observateur

2.4.2. Servent également à reconnaitre et à comprendre l'intention

2.4.3. Impact des photos, images, films

2.4.4. La contagion émotionnelle

2.4.5. Apprendre en imitant

3. COURS 1 : INTRODUCTION

3.1. Fact. constitutifs de la conception du dév.

3.1.1. Sa propre histoire comme enfant

3.1.2. L'éducation (conaissances théoriques, confrontation à des situations nouvelles et le retour sur ces expériences)

3.1.3. La philosophie

3.1.4. La capacité à remettre en question parents et pers. significatives

3.1.5. Le travail personnel fait sur sa propre histoire

3.2. Notion de développement

3.2.1. Étude scientifique des phénomènes de changement et de continuité qui marquent la vie d'un individu et des facteurs qui influences ces phénomènes. Ou étude des processus responsables des changements quantitatifs et qualitatifs et de la continuité qui interviennent tout au long de la vie des individus.

3.2.2. Théorie du développement de l'enfant

3.2.2.1. « Explication du changement qui survient chez l'humain au cours de l'enfance » = changement et temps

3.2.3. «Processus constant qui provient d'un échange continuel et dynamique entre l'organisme et ses milieux interne et externe»

3.3. Qu'est-ce qui se développe chez l'enfant ?

3.3.1. Tout! Mais il conserve son identité malgré les transformations

3.3.2. Aucune théorie à présent n'englobe toutes les transformations que vit l'enfant

3.4. Les dimensions du développement

3.4.1. Physique

3.4.2. Cognitif

3.4.3. Social

3.4.4. Affectif

4. COURS 2 : MODÈLE ÉCOSYSTÉMIQUE ET PÔLE BIOLOGIQUE

4.1. Modèle écosystémique influence réciproque du contexte social et du développement

4.1.1. Urie Bronffenbrenner (1917-2005)

4.1.2. Dév. = résultat de l'interaction continuelle entre l'organisme et son environnement

4.1.2.1. L'enfant exerce aussi une influence sur son environnement

4.1.2.2. Les milieux ne sont pas stables et l'organisme s'adapte

4.1.3. 5 systèmes

4.1.3.1. Micro

4.1.3.1.1. Milieu quotidien fréquenté régulièrement - relations étroites. (famille, école, amis)

4.1.3.2. Méso

4.1.3.2.1. Liens et interactions qui existent entre les différents microsystèmes ainsi que les réseaux de soutien social.

4.1.3.3. Exo

4.1.3.3.1. Instances habituellement non fréquentées par la personne qui se développe mais dont les décisions ont une incidence sur sa vie. (environnement socioéconomique, services de la protection de la jeunesse, médias, groupes communautaires)

4.1.3.4. Macro

4.1.3.4.1. Valeurs et normes véhiculées dans une sociét, une culture, un système. (contexte culturel/ idéologies, règles sociales, valeurs)

4.1.3.5. Chrono

4.1.3.5.1. Dimension temporelle

4.1.4. Le besoin d'une communauté stable

4.1.4.1. Solidarité du voisinage

4.1.4.2. Inclusion des parents dans le système éducatif

4.1.4.3. Écosystème riche (associations, groupes communautaires, etc)

4.1.4.4. École impliquée dans le milieu communautaire

4.1.5. Certains comportements apparaissent dans un ordre précis et à des moments déterminés d'avance

4.2. Pôle biologique

4.2.1. Travail de collaboration pour l'enfant et non de rivalité : phénomène de barrière

4.2.2. Maturationnisme

4.2.2.1. Droit de naître avec un système nerveux intact

4.2.2.2. Processus naturel de transformation par lequel l'organisme ateint son plein développement

4.2.2.3. Recommandations: Les écoles comme milieu de vie sécuritaire, tant au plan physique que psychologique

4.2.3. Éthologie

4.2.3.1. Deux questions utiles de l'éthologie

4.2.3.1.1. utilité du comportement pour la survie de l'espèce

4.2.3.1.2. cause du comportement

5. Lectures

5.1. Recueil p. 8 à 13

5.1.1. Pour une enfance heureuse, Repenser l'éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau.

5.1.2. La particularité de l'enfant : un être en construction, fragile, vulnérable, maléable

5.1.3. Penser à notre propre enfance est intéressant même si ce n'est pas toujours facile

5.1.4. Pour se développer, le cerveau a besoin de relations apaisées

5.1.5. Nous transmettons en priorité à l,enfant ce que nous sommes , notre façon d'être

5.1.6. Adultes-enfants : des rapports de domination?

5.1.7. Parents ne restez pas seuls

5.2. Recueil P. 16+

5.2.1. Définition du narcissisme

5.2.1.1. L'amour de soi, le sentiment de valeur

5.2.2. Trois conditions qui permettent à un enfant de croire qu'il vaut quelque chose :

5.2.2.1. Il faut qu'il sente qu'il compte aux yeux de ses parents. Qu'ils le considèrent parmi les choses essentielles de leur vie. IL FAUT QU'IL LE RESSENTE

5.2.2.1.1. Ce qui fonde le sentiment de compter pour ses parents, (son narcissicme) c'est la certitude que son existence est essentielle à leur bonheur.

5.2.2.1.2. Les parents manifestenet pour lui un projet de vie

5.2.2.2. Il faut qu'il se sente unique-singulier. Savoir qu'il est considéré comme une individualité.

5.2.2.3. Il faut que ce «un» que représente l'enfant soit un «un» dont on reconnaisse la valeur.

5.2.2.3.1. Dans sa sexuation

5.2.2.3.2. Dans son corps (intimité-pudeur)

5.2.2.3.3. Dans son être

5.2.2.3.4. Dans ses désirs et sa parole

5.2.3. L'identification aux parents

5.2.3.1. Ce que les parents pensent d'eux-mêmes est essentiel à la construction qu'il fait du sentiment de sa valeur.

5.2.4. Sauvés par l'école

5.2.4.1. Rôle des enseignants <3 L'opinion des enseignants.

5.3. P. 45+

5.3.1. Exemples de la pratique

5.3.2. (le profil d'apprentissage)

5.3.3. P. 50 Attachement évitant résumé

5.3.4. Suggestions d'interventions

5.3.5. P. 54 à 57

5.3.5.1. Implications pour l'apprentissage (ambivalent)

5.4. p. 61+

5.4.1. Les statuts auprès des pairs

5.4.1.1. p. 62 LES CAUSES DU REJET Pourquoi un enfant est rejeté?

5.4.2. Les amitiés p. 66 2e paragraphe

5.4.3. Les amitiés des enfants en difficulté p. 70 à 72

5.4.4. Les deux fonctions des bandes p. 76

5.4.5. Les parents adressant des conseils p. 77-78

5.4.6. Le rôle de l'enseignant p.79 à 81

6. COURS 3 : PÔLE AFFECTIF : THÉORIE PSYCHODYNAMIQUE

6.1. Erikson

6.1.1. La résolution d'une crise ou l'atteinte d'un équilibre entre deux pôles mène à une force adaptative.

6.1.2. Les 8 (5) STADES PSYCHOSOCIAUX

6.1.2.1. CONFIANCE/MÉFIANCE (0 à 18 mois)

6.1.2.1.1. Doit avoir un environnement sécurisant

6.1.2.1.2. Méfiance pour sa sécurité

6.1.2.1.3. Je suis ce que je reçois

6.1.2.1.4. La qualité de l'interaction avec la mère joue un rôle important dans l'établissement de la confiance. + Détermine le style d'attachement

6.1.2.1.5. FORCE ADAPTATIVE : L'ESPOIR

6.1.2.2. AUTONOMIE vs HONTE/DOUTE 1à3

6.1.2.2.1. correspond au stade anal et se percoit petit comme dépendant de ses parents

6.1.2.2.2. Autonomie : Je peux me contrôler. La réussite du contrôle.

6.1.2.2.3. Honte : Je prend conscience de mon échec et d'être observé dans mon échec.

6.1.2.2.4. Doute : Je ne suis pas certain de réussir

6.1.2.2.5. Idéal : avoir un peu de doute, mais pas trop

6.1.2.2.6. FORCE ADAPTATIVE : LA VOLONTÉ

6.1.2.3. INITIATIVE/CULPABILITÉ 3-6 ans

6.1.2.3.1. oedipe phallique

6.1.2.3.2. Initiative : Envie de réaliser des choses, identification aux adultes.

6.1.2.3.3. L'enfant doit réaliser l'équilibre entre le désir d'atteindre des buts et les jugements moraux liés à ce qu'il veut faire.

6.1.2.3.4. Confrontation des limites, culpabilité, il se voit grand mais éprouve de la culpabilité face à ses limites, mais elle est nécessaire pour atteindre une maîtrise de la conscience de soi.

6.1.2.3.5. FORCE ADAPTATIVE : LE COURAGE

6.1.2.4. TRAVAIL/ INFÉRIORITÉ 6-11 ans

6.1.2.4.1. Latence

6.1.2.4.2. Consolidation des acquis du Moi

6.1.2.4.3. Période au cours de laquelle l'enfant doit faire l'apprentissage de certaines habiletés favorisées par la culture.

6.1.2.4.4. Il doit également être conscient de ses limites sans développer un sentiment d'infériorité.

6.1.2.4.5. Travail : J'apprend et je développe mes habiletés

6.1.2.4.6. Infériorité : Je me sens incompétent, moins bon que les autres.

6.1.2.4.7. Confronté à ses limites, il vise plus haut que ce qu'il est capable de faire, pour impressionner, pour se prouver. L'environnement a un rôle important (parents qui critiquent, soulignent l'effort ou la réussite, qui permettent d'en faire plus)

6.1.2.4.8. Est-ce que je réussis ou tout ce que je fais est sans valeur?

6.1.2.4.9. FORCE ADAPTATIVE : LA COMPÉTENCE

6.1.2.5. IDENTITÉ/CONFUSION DES RÔLE 12+

6.1.2.5.1. Stade des opérations formelles de Piaget

6.1.2.5.2. Comportement égocentrique

6.1.2.5.3. Stade génital

6.1.2.5.4. Période au cours de laquelle l'adolescent cherche à acquérir un sens cohérent

6.1.2.5.5. Faire ses propres choix = développer son identité

6.1.2.5.6. Diffusion : je ne sais pas qui je suis et ce que je veux

6.1.2.5.7. Enrichissement du moi

6.1.2.5.8. FORCE ADAPTATIVE : FIDÉLITÉ (Loyauté durable envers soi et les auters)

6.2. Freud

6.2.1. Les 5 STADES du DÉVELOPPEMENT PSYCHOSEXUEL

6.2.1.1. Oral 0-1 an

6.2.1.1.1. Bouche et peau

6.2.1.1.2. Relation fusionnelle

6.2.1.1.3. NARCISSIME PRIMAIRE

6.2.1.1.4. Acquisition affective : entité séparée Conséquence : angoisse de séparation

6.2.1.1.5. Stade durant lequel la satisfaction est obtenue principalement par la bouche, l'incorporation et la relationavec la mère

6.2.1.2. Anal 1.5 à 2.5 ans

6.2.1.2.1. Sphincters

6.2.1.2.2. Contrôle de l'environnement. Retenir et donner, dire non

6.2.1.2.3. Développement d'une autonomie + Opposition

6.2.1.2.4. Angoisse de perte d'objets (permanence de l'objet non acquise)

6.2.1.2.5. Relation anaclitique : dépendance au grand. Ils savent qu'ils sont petits

6.2.1.2.6. La satisfaction est obtenue grâce à la rétention et à l'expulsion des selles et d'une manière plus large, au contrôle de soi et des autres.

6.2.1.3. Phallique 2.5 à 5 ans

6.2.1.3.1. Déplacement de la libido vers les organes génitaux et au cours duquel l'enfant perçoit la différence sexuelle selon la présence ou l'absence du pénis.

6.2.1.3.2. être vu comme un grand

6.2.1.3.3. Idéal du moi

6.2.1.4. Le complexe d'Oedipe 3 à 5 ans

6.2.1.4.1. Conflit au cours duquel l'enfant éprouve inconsciemment un désir sexuel pour le parent du sexe opposé et souhaite la mort de celui du même sexe. Idéalement, une fois le complexe résolu, l'enfant va vouloir s'inscrire dans sa société et sa culture pour y établir plus tard une relation avec un partenaire de sexe opposé étranger à sa famille.

6.2.1.4.2. Création du surmoi : Intériorisation de « je n'ai pas envie qu'on me le fasse, alors je ne vais pas le faire aux autres » par la résolution du complexe d'oedipe

6.2.1.5. Latence 5-12 ans

6.2.1.5.1. Accalmie psychosexuelle. (calme relatif de la pulsion sexuelle.)

6.2.1.5.2. Refoulement des pulsions sexuelles causé par la présence du surmoi et par leur sublimation dans des activités scolaires et sociales.

6.2.1.5.3. Ajustement entre ce que veut l'enfant et ce que les parents veulent

6.2.1.6. Génital Adolescence

6.2.1.6.1. Réactivation des pulsions sexuelles

6.2.1.6.2. Remise en question de l'idéalisation des parents = Ils vont parfois faire le contraire.

6.2.2. Les 3 INSTANCES PSYCHIQUES

6.2.2.1. ÇA

6.2.2.1.1. Réservoir de l'énergie psychique

6.2.2.1.2. Siège des instincts

6.2.2.1.3. Présent dès la naissance. Instance innée qui obéit au principe de plaisir (gratification imédiate)

6.2.2.1.4. Irrationnel et amoral

6.2.2.2. MOI

6.2.2.2.1. Le moi se développe à partir du contact avec le monde extérieur et obéit au principe de réalité.

6.2.2.2.2. Équilibre entre besoin et désir

6.2.2.2.3. Le Moi devient plus apte à canaliser les pulsions de manière à satisfaire les besoins en accord avec la réalité = Moi fort

6.2.2.2.4. Moi archaique : début de la différenciation avec le Ça (4-5 mois)

6.2.2.2.5. Développement de l'idéal du moi (2.5 à 3.5)

6.2.2.3. SURMOI

6.2.2.3.1. Le surmoi représente les règles, les interdits et les principes moraux (5-6 ans)

6.2.2.3.2. Intériorisation des exigences de la réalité, des interdits parentaux, des règles. Conscience morale.

6.2.2.4. Se différencient progressivement au cours du développement

7. COURS 4 : PÔLE AFFECTIF : ATTACHEMENT

7.1. Définition et fonctions de l'attachement

7.1.1. L'attachement est le premier modèle de relation sociale (pas le seul mais le premier qui teintera le futur)

7.1.1.1. Lien invisible

7.1.1.2. Proximité physique

7.1.1.3. Sentiment de sécurité

7.1.2. 0-18 mois

7.1.3. L'enfant reproduit avec l'enseignant le modèle relationnel appris

7.1.4. Fonctions

7.1.4.1. Protection

7.1.4.1.1. Protection des dangers (survie - base biologique)

7.1.4.1.2. Paradoxe lorsque la figure d'attachement est source de sévices

7.1.4.2. Exploration

7.1.4.2.1. Permet le dév. au plan affectif, cognitif et social

7.1.5. Les conduites d'attachement se manifestent lorsque :

7.1.5.1. L'enfant ressent des besoins internes

7.1.5.2. La mère est loin ou hors de portée

7.1.5.3. L'environnement change

7.1.6. Inné Vs Acquis

7.1.6.1. Inné : besoin de rapprochement Acquis : type de lien d'attachement

7.1.7. À l'adolescence

7.2. Types d'attachement

7.2.1. Sécurisé

7.2.1.1. Caractéristiques de l'enfant

7.2.1.1.1. Autonome. S'adapte facilement en vieillissant . Intégration de l'information affective et cognitive adéquate.

7.2.1.2. Départ de la mère

7.2.1.2.1. Peu d'anxiété au départ de la mère Accueille la mère avec joie lorsqu'elle vient voir l'enfant Se réconforte rapidement Reprise de l'exploration rapide lors du retour de la mère

7.2.1.3. École

7.2.1.3.1. Expression émotionnelle équilibrée Perception de soi positive Perception de l'enseignant comme base de sécurité Tolère l'incertitude

7.2.1.3.2. Interactions sociales positives

7.2.1.3.3. Capacité à s'adapter à l'école et à réagir aux exigences

7.2.1.3.4. Autonome et curieux

7.2.1.3.5. Équilibre entre les besoins de dépendance et d'exploration

7.2.2. Évitant

7.2.2.1. Caractéristiques de l'enfant

7.2.2.1.1. Concentration sur les tâches intellectuelles. Entrer en contact par la tâche

7.2.2.2. Départ de la mère

7.2.2.2.1. Exploration indépendante Évitement de la mère lorsqu'elle revient Enfant isolé et souvent victime d'agressions Rejet lorsque quelqu'un s'approche

7.2.2.3. École

7.2.2.3.1. Autosuffisance Peu de symptômes externalisés. On les remarque peu. Inhibition des émotions négatives.

7.2.2.3.2. Craint la dépendance

7.2.2.3.3. peu de symptômes externalisés (opposition colère) Peu d'expressions affectives négatives et les sentiments sont plus positifs enthousiastes, contents

7.2.2.3.4. Risque d'isolement

7.2.2.3.5. Veulent beaucoup plaire aux adultes, font ce qui est demandé

7.2.2.3.6. Déni du besoin de soutien / aide de l'enseignant

7.2.2.3.7. Comment assurer le soutien et la proximité sans activer leur système de défence?

7.2.3. Ambivalent

7.2.3.1. Caractéristiques de l'enfant

7.2.3.1.1. Plus à risque de développer des difficultés scolaire et de comportement. (Moins de motivation. Plus faible estime de soi. Immaturité. Colère contre le parent.)

7.2.3.1.2. Perception de soi : très dépendant Grande anxiété Peuvent être intrusifs

7.2.3.1.3. Paraît dépendant de l'adulte

7.2.3.2. Départ de la mère

7.2.3.2.1. Peu d'exploration . Détresse élevée lors de la séparation .

7.2.3.2.2. Difficile à réconforter : recherche le contact et y résiste.

7.2.3.3. École

7.2.3.3.1. Recherche continuelle de contact Peuvent être intrusifs

7.2.3.3.2. Beaucoup d'anxiété et d'incertitude. Résistance à se centrer sur la tâche (de crainte de perdre l'attention de l'adulte)

7.2.3.3.3. Peut exprimer de l'agressivité envers l'adulte

7.2.3.3.4. Ambivalents : Ont des comportements immatures et colériques

7.2.3.3.5. Extroverti et agresseur dans les disputes scolaires.

7.2.3.3.6. Comment favoriser l'investissement de la tâche sans activer leur recherche continuelle de contact?

7.2.4. Désorganisé-désorienté

7.2.4.1. Caractéristiques

7.2.4.1.1. 15% combinaison de comportements d'évitement et de résistance (ne parvient pas à s'approcher de la figure, ni à s'en détacher)

7.2.4.1.2. Plus l'enfant a peur, plus sa crise va être importante. (Il faut leur donner du calme. Il faut éviter la confrontation)

7.2.4.1.3. Confusion de rôles mère-enfant

7.2.4.2. Retour de la mère

7.2.4.2.1. S'approche à reculons

7.2.4.3. École

7.2.4.3.1. Refuse d'effectuer les tâches.

7.2.4.3.2. Reconnait peu l'autorité de l'enseignant (mais peut reconnaitre celle de la direction)

7.2.4.3.3. Ne tolère pas de ne pas savoir et que l'enseignant sache

7.2.4.3.4. Graves lacunes à établir un lien avec la tâchâe et avec l'enseignant

7.2.4.3.5. Anxiété intense

7.2.4.3.6. Il ne sont pas souvent disponibles cognitivement parce qu'émotivement ils sont très occupés. La routine les aidera.

7.2.4.3.7. Ce qui les aide à l'école

7.3. Favoriser l'attachement pour tous

7.3.1. L'enseignant et le contexte de la classe peuvent deveir une base de sécurité pour tous les enfants

7.3.1.1. La gestion de classe doit être CLAIRE, COHÉRENTE ET PRÉVISIBLE

7.3.1.2. TOLÉRANCE ZÉRO pour la VIOLENCE, les paroles blessantes, le sarcasme, le rejet, les moqueries

7.3.1.3. L'enseignante doit créer un CLIMAT DE SÉCURITÉ afin de permettre les apprentissages

7.3.1.4. Rituels d'acceuil et de départ

7.3.1.5. Contact personnel avec chaque élève

7.3.1.6. Préparer les absences (prof)

7.3.1.7. Intervenir face aux comportements adéquoits la tête froide en se centrant sur le bien-être des élèves concernés

7.3.1.8. Établir un lien avec les parents en présence de l'élève (mésosystème parents-enseignant)

7.4. Adolescence

7.4.1. représentation de la disponibilité émotionnelle Accessible? Disponible? Sensible?

8. COURS 5 : PÔLE SOCIAL : LES RELATIONS SOCIALES

8.1. Compétence sociale

8.1.1. Capacité d'un individu d'utiliser des comportements sociaux appropriés à son âge qui favorisent ses relations sociales tout en ne causant aucun préjudice à d'autres individus

8.2. L'amitié

8.2.1. Caractéristiques

8.2.1.1. -Même sexe

8.2.1.2. -Proximité

8.2.2. Conséquences : Ajustement social et émotionnel adéquats. Intégrer règles sociales. Meilleure opinion de l'école Meilleurs résultats scolaires

8.3. Dominance sociale

8.3.1. Les enfants s'auto-hiérarchisent en dominants-dominés. La dominance est un trait social de l'enfant.

8.3.1.1. Conséquence : réduction des conflits

8.4. L'adolescence

8.4.1. Diminution du contrôle parental. Les amis prennent plus d'importance.Microsystèmes reliés : un ami de l'école est souvent un collègue de travail Choix des amis selon des valeurs communes Importance de la statisfaction des besoins AVANT la quantité d'amis

8.4.1.1. Meilleur filet de sécurité en cas de détresse émotionnelle

8.5. Apprentissage social IDENTIFICATION

8.5.1. modèles qui influencent l'identification :

8.5.1.1. Modèle perçu comme étant affectueux par l'enfant

8.5.1.2. Posséder des ressources et des attributs qui sont valorisés par l'enfant

8.5.1.3. L'enfant doit perçevoir des ressemblances entre lui et son modèle

8.6. L'agressivité

8.6.1. Positif si elle apporte un dynamisme intérieur : affirmation, compétition.

8.6.2. Négatif si elle même à des comportements antisociaux (agresser quelqu'un)

8.6.3. Surreprésentation des garçons -Testostérone

8.6.4. Influence du milieu: (Discipline rude -Peu d'engagement parental -Faible supervision)

8.7. Densité du réseau social

8.7.1. Famille immédiate, amis de l'école, Groupe parascolaire, Travail étudiant

8.7.2. Plus les personnes de ces groupes ont des rapports entre elles (niveau de recouvrement élevé), plus le jeune bénéficie d'un filet de sécurité en cas de difficulté. (action concertée)

8.7.3. Importance de la qualité versus la quantité

8.8. Statuts sociométriques

8.8.1. Mesure de l'acceptation d'un individu par son groupe : Le statut est associé à la compétence sociale

8.8.2. Jeune rejeté

8.8.2.1. Beaucoup de cotes négatives et peu de cotes positives . Déficit habiletés sociales . Défie les normes. Agression physique. Plus à risque de décrochage. Attribue des intentions négatives aux autres.

8.8.2.2. Interprétations du rejet

8.8.2.2.1. 1) Déficits sociocognitifs déjà présents

8.8.2.2.2. 2) Le rejet empêche l'acquisition d'habiletés sociales

8.8.2.3. Deux types de jeunes rejetés

8.8.2.3.1. Jeune retiré socialement

8.8.2.3.2. Rejet d'un enfant agressif

8.8.3. Jeune populaire

8.8.3.1. Beaucoup de cotes positives, peu de cotes négatives Bonne adaptation Interaction positive Conforme aux normes

8.8.3.2. Avec agressivité = dur à cuire

8.8.3.3. Sans agressivité= modèle

8.8.3.4. Popularité perçue . Dominance. Intelligence sociale. Valorisé par les pairs.

8.8.4. Jeune négligé

8.8.4.1. Il n'est pas rejeté, mais n'a pas d'amis Difficultés d'intégration. Demande davantage d'encadrement.

8.8.4.2. Joue seul

8.9. Relations sociales : Rôle de l'enseignant

8.9.1. Attitudes : inclusion de tous, désapprouver l'agressivité, support. Avec les élèves : modèle, support. Relation de soutien.

8.9.2. Arrangement des pupitres: Rapprocher les élèves qui ne s'aiment pas pour influence sur le développement d'une bonne relation

9. Le jeu

9.1. Fonctions du jeu

9.1.1. Fonctions générales

9.1.1.1. Tester des comportements et observer leurs effets

9.1.1.2. Maitrise de ses comportements

9.1.1.3. Adaptation à la vie adulte

9.1.2. Fonctions sociales

9.1.2.1. Compréhension des rôles sociaux

9.1.2.2. Interaction sociale

9.1.2.3. Distinguer ce qui est de l'agressivité et ce qui est de l'afirmation de soi. Aussi partager et être égocentrique. Dépendance-indépendance. Qui décide du jeu? qui suit?

9.1.3. Fonction affectives

9.1.3.1. Maitrise de soi

9.1.3.2. Expression et libération des sentiments

9.1.3.3. COnnaissance de soi à travers la comparaison des compétences

9.1.3.4. Le jeu est une façon d'apprivoiser certaines émotions ex: peur de se faire attraper ou découvrir

9.1.4. Fonction cognitive

9.1.4.1. Développement cognitif

9.1.4.2. Développement du langage

9.1.5. Physique

9.1.5.1. Libération d'énergie et développement des habiletés motrices

9.2. Caractéristiques du jeu

9.2.1. Motivation intrinsèque : l'envie vient de l'enfant. Aucune exigence du milieu.

9.2.2. Orienté vers les moyens : le chemin est plus important que la destination (ex.: construire un fort. Il est plus plaisant de le construire que d'en avoir un déjà tout fait.

9.2.3. Hors de la réalité : on peut changer la réalité, l'inventer. L'imagination n'a pas de limite. On peut changer de réalité sans qu'il y ait de conséquence dans la réalité alors on peut libérer certaines frustrations.

9.3. Meilleure façon de contrer le stress : le temps de jeu libre

10. Freins à l'agression

11. L'ÉCOLE

11.1. Facteurs de risque au décrochage scolaire (facteurs d'adaptation de l'élève en milieu scolaire) (des variables du climat de classe)

11.1.1. Dimensions du climat de classe associé au décrochage scolaire

11.1.1.1. Engagement

11.1.1.2. Clarté des règles et la constance

11.1.1.3. Affiliation (liens positifs avec autres enfants)

11.1.1.4. Compétition

11.2. Facteurs de risque à la relation éllève enseignant

11.2.1. Avancer dans les cycles scolaires, mauvaise relation parent-enfant, garçon, lourdeur de la tâche, (ratio) facteurs de risques dans le milieu familial

11.3. Interventions

11.3.1. Intervention discrète

11.3.1.1. Efficace, aucune interruption de l'activité, Évite l'humiliation, éviter de donner de l'attention au comportement perturbateur et de le renforcer.

11.3.2. Tolérance

11.3.3. Rappel verbal

11.3.3.1. En privé si possible, l'enseignant précise ses attentes Quoi faire, quand le faire comment le faire et pourquoi le faire

11.3.4. La répétition du rappel verbal

11.3.4.1. Quand l'élève met l'enseignant à l'épreuve et ne fait pas ce qui est demandé volontairement. Disque brisé

11.3.5. Distribution sélective de l'attention

11.3.5.1. Bravo à toi qui fait bien ça et ignore ceux qui ne font pas bien ça *ne pas réagir aux comportements perturbateurs et féliciter ou remarquer les comportements adéquats

11.3.6. Les indices non verbaux

11.3.6.1. Geste, expression pour faire cesser sans perturber le groupe.utile pour les comportements

11.3.7. Intérêt pour les comportements adaptés

11.3.7.1. DÉfinir clairement ce qui est efficace, décrire le comportement de l'élève en étant très précis, concret et spécifique

11.3.8. Le renforcement des comportements incompatibles

11.3.8.1. Deux comportements qui ne peêtuvent pas re produits en même temps, suggérer un comportement à adopter plutôt que de réprimander celui qui n'est pas souhaitable

12. Facteurs du développement socio-affectif

12.1. Tempérament

12.1.1. Tempérament est une prédisposition (période prénatale/environnement + hérédité) et relativement stable

12.1.2. 4 types de tempérament

12.1.2.1. ADÉQUATION = la clef d'un développement sain

12.1.3. Rythme biologique ou régularité physiologique, émotivité, sociabilité

12.1.4. Enfant facile, enfant difficile, enfant plus lent à réagir

12.2. Styles parentaux (selon Baumrind)

12.2.1. Trois dimensiosn

12.2.1.1. Permissivité

12.2.1.2. Recours à la punition

12.2.1.3. Démonstration d'affection

12.2.2. Quatre styles

12.2.2.1. Parents autoritaires

12.2.2.2. Parents permissifs

12.2.2.3. Parents démocratiques

12.2.2.4. Parents négligents

12.3. Estime de soi

12.4. Capacité à résoudre les conflits interpersonnels

12.5. Prariques éducatives

13. Punition vs conséquence logique

13.1. Punition

13.1.1. Objectif : faire cesser un comportement mais pas de lien avec le comportement à faire cesser. Objectif d'une punition : douleur. Manquer une sortie, recopier des verbes...

13.2. Conséquence logique

13.2.1. Objectif: faire apprendre le comportement approprié, En lien avec le comportement. Objectif D'APPRENTISSAGE. Réparer le tort causé, recommencer ce qui a été mal fait...

13.2.2. Éviter dans un moment d'émotion

13.2.3. Aucune privation de sortie ou perte de temsp

13.3. LA PRATIQUE GUIDÉE

13.3.1. MOYEN DE CORRECTION PAR LA RÉPÉTITION DE COMPORTEMENT ADAPTÉ

13.4. LA SURCORRECTION

13.4.1. CORRIGER ET AMÉLIORER LA SITUATION INITIALE

13.5. RETRAIT DE LA SITUATION

13.5.1. SI LE COMPORTEMENT NE PERMET PAS DE PARTICIPER À UNE ACTIVITÉ

13.6. COMPLICITÉ DES ÉLÈVES : ON DOIT IMPLIQUER LES ÉLÈVES DANS LE CHOIX DES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT ET DES CONSÉQUENCES LOGIQUES