Les sources de la croissance économique

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Les sources de la croissance économique by Mind Map: Les sources de la croissance économique

1. La croissance économique

1.1. Augmentation de la production d'un territoire sur une longue période. Le taux de croissance économique mesure le rythme de la croissance économique. Il se mesure par le taux de variation du PIB en volume.

1.2. Comment la mesure t-on?

1.2.1. Produit intérieur brute (PIB), mesure l’ensemble des richesses produites durant un an sur un territoire donné quelle que soit la nationalité du producteur. Il se mesure en faisant la somme des valeurs ajoutées produites par les organisations productives marchandes et non marchandes.

1.2.1.1. Les limites de cet indicateur

1.2.1.1.1. Ne prend pas en compte les activités légales non déclarées et les activités illégales (économie souterraine)

1.2.1.1.2. Ne mesure pas la production bénévole et la production domestique

1.2.1.1.3. Ne mesure pas les inégalités à l'intérieur du pays. Le PIB/habitant du pays peut augmenter alors que seuls les plus riches voient leur revenu augmenté

1.2.1.1.4. Les dépenses défensive ne participent pas à améliorer le bien-être de la population

1.2.2. D'autres indicateurs

1.2.2.1. L'IDH (indice de développement humain) complète le PIB en incluant la santé (espérance de vie), l'instruction et le niveau de vie ( RNB/habitant)

1.2.2.2. Le PIB vert intègre à la richesse d'un pays, en plus du PIB classique, son " capital naturel ", c'est-à-dire son patrimoine écologique, afin de mesurer la durabilité de sa croissance.

1.2.2.3. IBED= Consommations marchande des ménages (base ou point de départ du calcul) + services du travail domestique + dépenses publiques non défensives - dépenses privées défensives - coûts des dégradations de l'environnement - dépréciation du capital naturel + formation de capital productif.

1.2.2.4. BIP 40 = baromètre des inégalités et de la pauvreté (le travail, les revenus, le logement, l'éducation, la santé et la justice)

1.2.3. L'IPV est un indicateur alternatif au PIB ou à l'IDH pour tenter de mesurer l'évolution du bien-être réel d'un pays. Il ajoute au PIB la valeur estimée des activités économiques non monétaires. (travail domestique, activités bénévoles). Il retranche du PIB la valeur estimée des richesses naturelles perdues (dommages à l'environnement, destruction des ressources non renouvelables) et des dégâts sociaux (chômage, délits, crimes).

2. Les sources de la croissance économique

2.1. La fonction de production

2.1.1. Relation entre les biens ou services entrant dans le processus de production (inputs) et les biens ou services produits (outputs). Elle comprend les facteurs de production Y=F(L,K)

2.2. La croissance extensive, croissance provoquée par l’augmentation, l’apport de facteur de P° (+ K/L)

2.2.1. Augmentation facteur travail (L)

2.2.1.1. + de travailleur = + démographie (accroissement naturel) ou plus immigration

2.2.1.2. + d’heure de travail (augmentation du taux d’activité ou de la durée du travail)

2.2.2. Augmentation du facteur capital (K),(biens d’équipement durable, bâtiments, logiciels).

2.2.2.1. plus d'investissements

2.3. La croissance intensive, croissance qui résulte de l’augmentation de la productivité des facteurs (gains de productivité)

2.3.1. le résidu ( selon R. Solow) désigne la hausse de la productivité globale des facteurs (PGF) provoqué par le progrès technique (PT)

2.3.1.1. Augmentation productivité du capital

2.3.1.1.1. L’investissement de remplacement ou de modernisation conduit à améliorer le capital fixe en intégrant du progrès technique.

2.3.1.2. Augmentation productivité du travail

2.3.1.2.1. Investissement en capital humain (ensemble des qualifications permettant à l’individu d’être efficace au sein d’une organisation ( savoirs). Investissement dans les études et la formations permettent d’améliorer le productivité du travail.

2.3.2. Les différentes formes d’innovations (application économique et commerciale réussie d’une invention) de J.A Schumpeter

2.3.2.1. Innovations de produit : biens et services nouveaux

2.3.2.2. Innovations de procédé : nouvelles techniques de production ou de commercialisation. Sont à l’origine de gains de productivité et de réduction des coûts.

2.3.2.3. Débouchés nouveaux : (géographiques ou clientèle)

2.3.2.4. Sources nouvelles de moyen de production

2.3.2.5. Organisationnelle : nouvelle organisation (grande distribution, délocalisations, concentration, flexibilité, banque se structurant autour du type de clients plutôt que des fonctions…)

2.4. La croissance endogène, croissance qui repose sur un processus cumulatif (auto-entretenu) d’accumulation de capitaux qui favorise le progrès technique et la croissance

2.4.1. Différents types de capitaux (K)

2.4.1.1. Capital humain : stock de qualifications, d’expériences professionnelles, de diplômes et connaissances et de santé incorporé dans la main-d’œuvre.

2.4.1.2. Capital technologique : stock de connaissances scientifiques et technologiques permettant d’innover.

2.4.1.3. Capital public : stock d’infrastructures de communication, de recherche, d’enseignement, de santé… mis à disposition par des APU.

2.4.1.4. Capital physique : ensemble des biens de production durable

2.4.2. Les externalités positives, sont importantes à proximité de l’innovation et renforcent l’aspect endogène du progrès technique

2.4.2.1. Il faut protéger l’innovateur sinon il ne sera pas stimulé à innover (brevets)

2.4.2.2. Différence entre l’investissement public et privé, privé dans le capital , public plus dans la formation et les infrastructures (croissance endogène – externalités positives)

3. Le rôle des institutions dans la croissance économique

3.1. Sur le facteur capital : le soutien à la recherche et développement (R&D) ensemble du processus qui, de la recherche fondamentale au développement industriel en passant par la recherche appliquée, permet la découverte, l’invention et ses applications économiques.

3.1.1. L'Etat prend trois grand types de mesures pour favoriser l'innovation

3.1.1.1. Il finance directement une grande partie de la recherche fondamentale, par le biais d'organismes publics comme les CNRS: ce qui facilitera ensuite le reste du processus de R&D pour les entreprises.

3.1.1.2. Il incite les entreprises à innover en accordant des subventions ou des crédits d'impôt

3.1.1.3. Il protège les innovations (et surtout le bénéfice que les entreprises peuvent en tirer) par la mise en place d'une législation adaptée (brevets qui protègent les droits de propriété)

3.1.2. L'Etat joue donc un rôle dans l'amélioration de l'efficacité du facteur capital en soutenant (de différentes façon) le processus de R&D, ce qui sera donc favorable à la croissance.

3.1.3. La R&D financée par l'Etat est aussi source d'externalité positives

3.1.3.1. Les découvertes réalisées vont pouvoir être utilisées par toutes les entreprises et bénéficier à tous les consommateurs (vaccin)

3.2. Amélioration du facteur travail : L'éducation

3.2.1. L’éducation permet de développer le capital humain (= rendre les travailleurs plus performants), ce qui va accroître la productivité du travail, et donc la croissance

3.2.2. rôle de l'Etat dans l'éducation

3.2.2.1. L'Etat (en France du moins) finance presque entièrement l'éducation de l'ensemble de la population (car école est presque entièrement gratuite et il participe à la formation professionnelle): il joue donc un rôle-clé dans la formation du capital humain

3.2.3. Qui va tirer profit de cette éducation ?

3.2.3.1. tout le monde : les personnes concernées, qui trouveront plus facilement un emploi et qui pourront demander plus de salaire, mais aussi les entreprises qui auront à disposition de la main d'oeuvre qualifié et efficace! on dit que l'éducation est à l'origine d'externalité positives